La tolérance est une l’action, l’attitude de supporter ou à de ne pas interdire ce que l’on désapprouve et qu’on ne peut éviter.

Sur les thématiques de la religion, de la philosophie, de la culture et de la politique la tolérance est la capacité à accepter et à respecter des idées, des sentiments, des manières d’agir différents des siennes Référence à la liberté de conscience !

Sociologiquement parlant le seuil de tolérance d’une communauté est la proportion d’individus étrangers qu’elle est censée pouvoir accepter sans produire un phénomène de rejet

Connaissez-vous l’origine et l’histoire de ce mot?

Du latin tolerantia, endurance, patience, résignation, venant de tolerare, supporter.

Si l’on en croit les dires de Johann Wolfgang von Goethe « La tolérance ne devrait être qu’un état transitoire. Elle doit mener au respect. »

Voltaire a fait remonter les origines de la tolérance à l’Antiquité. Il est vrai que dès qu’une société se construit, il faut faire cohabiter des opinions, des convictions, des croyances différentes… sans détruire le lien social ! La question de la tolérance apparaît dès que le consensus disparaît.

 Cependant l’idée de tolérance est en fait moderne, en effet elle fait son apparition à la Renaissance alors que l’Europe connaît une nouvelle situation religieuse. Avec la Réforme, la chrétienté romaine subit un bouleversement sans précédent. Si il y a bien une date à retenir c’est celle de l’année 1598 avec l’Edit de Nantes, l’idée de la tolérance se formule pour la première fois. Henri IV accorde une relative liberté de culte à la minorité prostestante. La révocation de cet Edit en 1685 montre malheureusement que la tolérance n’est pas encore une valeur commune.

C’est avec la révolution que la tolérance fait son apparition au sein de la sphère politique et s’inscrit par la même occasion dans la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen. Cette conception sur les croyances de tout à chacun sera confirmée par la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui déclare : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion » (article 18).

Au nom de la liberté aujourd’hui avec le libéralisme et le choc des cultures, faut-il tolérer les excès du libéralisme ? Au nom du respect des cultures, faut-il tolérer celles qui portent atteinte aux droits de l’homme ? La question de la tolérance et de ses limites rebondit aujourd’hui dans les domaines économique et culturel. L’histoire de l’idée de tolérance n’a pas fini de perdurer dans le temps

Petite ANECDOTE : Autrefois, on appelait « maison de tolérance » une maison de prostitution qui fonctionnait sous une surveillance administrative. Supprimés en 1946 en France.

Si l’on parle de Tolérance il convient de parler du Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence qui récompense des activités significatives dans le domaine scientifique, artistique, culturel ou de la communication visant la promotion d’un esprit de tolérance et de non-violence. Établi en 1995 pour marquer l’Année des Nations Unies pour la tolérance et le 125e anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi

Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité ; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe.