Tu peux bricoler l’outil de prédilection du médecin à l’aide d’un entonnoir et d’un tuyau. Il te permet d’écouter également d’autres bruits que les battements du cœur.

Réalisation de l’expérience

Attention : cette expérience doit être réalisée sous la surveillance d’un adulte ! (voir section sur les avertissements)

Pour réaliser toi-même ton stéthoscope, tu as besoin d’un entonnoir et d’un tuyau à enfoncer sur le tube de l’extrémité inférieure de l’entonnoir. Le tuyau devrait mesurer env. 50 centimètres de long. Limer un peu l’extrémité libre du tuyau avec du papier de verre pour que l’arête ne fasse pas mal à l’oreille.

Si tu appuies l’entonnoir sur ta poitrine et que tu maintiens l’extrémité du tuyau contre ton oreille, tu peux écouter les battements de ton cœur. Essaye différentes « positions d’écoute » jusqu’à ce que tu aies trouvé la meilleure ! Si tu cours autour du pâté de maison ou si tu fais 20 pompes, les battements de ton cœur seront plus forts et donc plus faciles à entendre.

Tu peux également essayer d’écouter d’autres bruits avec ton stéthoscope. Tu peux par exemple le placer sur l’habillage extérieur d’un réfrigérateur, d’une machine à laver ou d’un minuteur de cuisine.

Explications

Avant l’invention du stéthoscope, les médecins appuyaient leurs oreilles contre la poitrine ou le dos des patients pour écouter les battements du cœur ou les bruits des poumons. Au début du XIXe siècle, un médecin français a eu l’idée d’utiliser pour cela un papier enroulé en forme d’entonnoir servant de tuyau auditif. Il a alors constaté que ce procédé permettait d’entendre les bruits plus distinctement. Les premiers stéthoscopes professionnels étaient des tubes en bois. Ils n’ont eu de cesse d’être perfectionnés jusqu’aux modèles actuels équipés de tuyaux en caoutchouc et d’un embout en forme d’entonnoir que le médecin appuie à l’endroit où il veut écouter.

Le principe est ici toujours le même : le bruit du corps est amplifié par l’entonnoir et conduit jusqu’à l’oreille par les tuyaux.  Par ailleurs, les bruits environnants sont atténués car ce sont essentiellement les bruits venant du tuyau du stéthoscope qui sont conduits dans l’oreille. Dans la pratique, il convient néanmoins d’utiliser un stéthoscope dans un environnement le plus silencieux possible.

Avertissements

Utilise un tuyau plus grand que ton tuyau auditif pour ne pas l’enfoncer par erreur trop profondément dans l’oreille au risque d’endommager ton tympan !

Pour couper le tuyau, n’utilise ni cutter ni couteau, mais des ciseaux, et demande éventuellement de l’aide à un adulte pour ne pas te blesser !

Si tu écoutes des appareils, fais attention à ta sécurité ! Ne te mets pas dans des situations dangereuses dans lesquelles des liquides chauds ou des objets lourds pourraient par exemple te tomber dessus ou tes cheveux pourraient s’enrouler autour de pièces en rotation.

Astuces

Si le tuyau ne s’enfonce pas correctement sur le tube de l’entonnoir parce qu’il est trop rigide, place-le dans de l’eau chaude pour qu’il se ramollisse. Par ailleurs, un peu d’huile alimentaire ou de beurre te permettront de le lubrifier.

Plus le tuyau est long, plus les bruits que tu veux entendre sont atténués. N’utilise donc pas des morceaux de tuyau trop longs.

Pour que ton stéthoscope ait l’air plus chic, tu peux tendre sur l’ouverture de l’entonnoir un ballon de baudruche découpé. Dans le cas de stéthoscopes professionnels, le médecin a le choix d’utiliser un pavillon avec ou sans membrane. La membrane filtre les fréquences graves et on entend mieux les bruits de l’air dans les poumons. Sans membrane, les sons plus graves du cœur sont mieux mis en évidence.

Auteur: Ingo Knopf/scienceRELATIONS

Video: Ingo Knopf

Posted by | View Post | View Group