12

Avant de peinturer un pont

Avant de peinturer un grand pont pour une deuxième fois, il faut impérativement enlever l’ancienne couche de peinture. Dans le cas où l’ancienne couche de peinture ne serait pas enlevée, la nouvelle couche de peinture serait assez lourde pour faire tomber le pont! À titre indicatif, le pont Jacques-Cartier qui mène à la ville de Montréal requiert près de 38 000 litres de peinture ce qui représente plus de 38 tonnes!

thomas

12 commentaires

  1. 38.000 litres = 38 tonnes, et non 38.000 🙂
    Sinon j’aime beaucoup vos articles, continuez comme ça !

    • Bonjour,c’est en fait beaucoup plus que 38 tonnes,la densité d’une peinture antirouille certainement utilisée ici(le pont est métallique,d’après la photo)étant de 1,5 à2,faites la multiplication:cela fait très lourd!emjyce.

      • Effectivement, c’est seulement pour l’eau (sous certaines conditions) que le calcul se fait aussi simplement.

    • Je crois que »peinturer » est un verbe inventer!Pour mieux comprendre…Apres il va falloir attendre les explications du maître!=)

      • Peinturer est utilisé surtout au Québec. Lorsque qu’on dit peinturer ou lieu de peindre, il y a une référence au fait d’étendre la couleur de manière grossière sans s’appliquer.

  2. Oui mais… non, pour être plus précis, ce sont les couches successive de peinture au fil des ages qui pèseraient trop sur le pont. La peinture appliquée étant constituée d’eau et de solvant (ceux qui donnent parfois des maux de tête si on aère pas assez) qui séchant, rendent ces 38.000 litres de peinture beaucoup plus légère que 38 tonnes. Il y’a quelques années un documentaire justement traitant de ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *